Ground Crew: Davey Eckert, Ramp Agent, US Airways | BTV Magazine | Seven Days | Vermont's Independent Voice

Local Guides » BTV Magazine

Ground Crew: Davey Eckert, Ramp Agent, US Airways

by

comment
MATTHEW THORSEN
  • Matthew Thorsen

Version fran├žaise

Your suitcases are in good hands with Davey Eckert, who followed his cousin's lead by leaving the restaurant where they both worked to take a job at US Airways as a ramp agent. Eckert, 20, grew up in Essex and has been employed through US Airways' Piedmont airline for almost a year, working his way up to supervisor-in-training.

As a ramp agent, Eckert's responsibilities include directing the plane to the gate after it has landed, helping to park the plane, unloading bags and placing them on the carousel, and loading new bags onto the plane for the next flight.

While air-travel passengers sometimes find dealing with their baggage a stressful experience — especially when the bag doesn't make it to their destination — from Eckert's perspective the job is straightforward. Of course, it helps that he interacts with bags and not frazzled fliers.

What aspects of working as a ramp agent surprised you at first?

It was really intimidating at first, because when you're working for an airline there are a lot of rules, a lot of restrictions and constant work. It wasn't what I thought it was going to be — it's actually much better.

After a couple weeks, though, you get into the groove. The work is very repetitive. There will be some days when planes are delayed and multiple planes are trying to get ready at the same time, and that can be stressful. Or, if we have a plane that's delayed for maintenance, then bags have to come off the plane and be retagged for connecting flights. It can lead to a lot of confusion, but we have a pretty good team.

The benefits make up for any stress. I have family in Tampa, Fla., and this is a great opportunity to be able to see them more than just a couple times a year. [Eckert can travel free on the airline.] I see my family much more now — that's one of the big reasons why I like this job.

What inner workings of an airport do you think would surprise most passengers?

It's a very organized place. There are very clear orders on how everything is supposed to be done. Things are done the exact same way constantly.

What is the hardest part of directing an airplane after it lands?

Fortunately, this is a small airport, so we only work with two kinds of planes here. But at a bigger airport, you'd have to study all the different planes you might work with.

The first time I directed a plane it was really exciting, but it's also really intimidating, because planes can't go in reverse. If you screw up, it can take a while to fix. If the pilots have to wait, they're just as unhappy about it as the passengers. A few feet off the exact parking spot isn't too bad — the crew operating the jet bridge can compensate for that. But 10 feet outside of the lines or too far back from the door can cause a mess. It might take another 10 minutes or more trying to correct the placement of the plane so the jet bridge can connect. It causes delays for everyone else in the airport.

Rencontrez un employé de l'aéroport

Vos bagages sont entre de bonnes mains avec Davey Eckert, qui a suivi l'exemple de son cousin en quittant le restaurant où ils travaillaient tous les deux pour devenir agent de piste chez US Airways. Davey, qui est âgé de 20 ans et a grandi à Essex, travaille à Piedmont Airline, filiale de US Airways, depuis presque un an, et il est déjà apprenti superviseur.

Dans le cadre de son poste d'agent de piste, Davey dirige les avions vers les portes après l'atterrissage, il aide les pilotes à stationner leurs appareils et il s'occupe des bagages – qu'il décharge et place sur le carrousel à l'arrivée, et qu'il charge dans l'avion en préparation au départ.

Il peut être stressant pour les passagers de s'occuper de leurs bagages, surtout lorsque ceux-ci n'arrivent pas à destination en même temps qu'eux. Il s'agit cependant d'une tâche plutôt simple, selon Davey. Évidemment, il n'a pas à expliquer les problèmes à des voyageurs épuisés.

Quels aspects du travail d'agent de piste vous ont surpris lorsque vous avez commencé à travailler?

C'était très intimidant au début, car lorsqu'on travaille pour une compagnie aérienne, on a beaucoup de restrictions et de règles à respecter, et le travail n'arrête jamais. Ce n'est pas ce à quoi je m'attendais – en fait, c'est beaucoup mieux.

Après quelques semaines, j'ai trouvé mon rythme de croisière. Le travail est très répétitif. Certains jours, des vols sont retardés et plusieurs avions se préparent à partir en même temps, ce qui peut être stressant. Ou encore, si un vol est repoussé pour des raisons de maintenance, les bagages doivent être déchargés et étiquetés de nouveau pour les correspondances. Cette situation peut créer beaucoup de confusion, mais nous avons une bonne équipe.

Les avantages l'emportent toutefois sur le stress. Des membres de ma famille vivent à Tampa, en Floride, et je peux leur rendre visite plus souvent. [Davey peut voyager gratuitement sur les vols de la compagnie aérienne.] C'est un avantage de taille et une des raisons pourquoi j'aime mon travail.

Selon vous, quels sont les rouages internes d'un aéroport que les passagers seraient surpris de connaître?

C'est très organisé. Il y a des directives claires pour tout ce qu'il faut faire. Tout se déroule toujours exactement de la même manière.

Quel est l'aspect le plus difficile de l'orientation d'un avion sur la piste après l'atterrissage?

Heureusement, c'est un petit aéroport et nous ne travaillons qu'avec deux types d'avion. La tâche est plus ardue dans les plus grands aéroports, car il faut connaître tous les différents appareils avec lesquels on peut être appelé à travailler.

La première fois que j'ai dirigé un pilote sur la piste, j'étais à la fois emballé et anxieux, parce que les avions ne peuvent pas faire marche arrière. Ça peut être long de corriger le tir en cas d'erreur. Comme les passagers, les pilotes n'aiment pas attendre. Rater l'espace de stationnement d'un mètre, passe encore; l'équipe qui installe la passerelle peut rétablir la situation. Mais si l'avion est trois mètres en dehors des lignes ou trop loin de la porte, c'est plus grave. Faire en sorte que la passerelle puisse être reliée à la porte peut prendre encore une dizaine de minutes, voire plus, ce qui entraîne des retards pour tout le monde dans l'aéroport.

The original print version of this article was headlined "ground crew"

Add a comment

Seven Days moderates comments in order to ensure a civil environment. Please treat the comments section as you would a town meeting, dinner party or classroom discussion. In other words, keep commenting classy! Read our guidelines...

Note: Comments are limited to 300 words.